3 films d’été

Avant de retourner à nos salles de classe et bureaux au mois de septembre, il nous reste quelques semaines pour profiter à fond de notre été. 
Pour se mettre encore un peu dans l’ambiance et savourer l’atmosphère de cette saison unique, j’avais envie de revenir sur quelques films qui, pour moi,  sentent l’été à plein nez. 

Avec leurs styles différents, chacun de ces trois longs métrages racontent quelque chose sur cette période de l’année, et c’est ce sur quoi j’avais envie de revenir aujourd’hui. 


1. Palm Spring – Max Barbakow (2020)

Synopsis : L’insouciant Nyles fait la connaissance, lors d’un mariage à Palm Springs, de Sarah, soeur de la mariée et demoiselle d’honneur. Les choses se compliquent rapidement lorsque le duo se retrouve piégé dans l’espace-temps de ce mariage, contraint de revivre encore et encore la même journée.

Dans l’idée, Palm Spring n’est pas spécialement un film d’été puisque c’est avant tout une histoire de rencontre, d’amitié et d’amour entre deux personnes coincées dans une boucle temporelle. 
S’il arrive à être touchant en traitant de sujet plus profonds comme la routine ou la dépression, le film est avant tout une comédie portée par un duo de comédiens exceptionnels, faisant de lui l’incarnation du « feel good movie »

Ce film à petit budget tourné pendant le confinement repose donc sur peu de chose ; un seul décore principal, théâtre à ciel ouvert d’une histoire qui se répète en boucle, et deux comédiens qui portent le film à eux seuls (malgré la présence de J.K Simmons, exquise comme d’habitude). 
Andy Samberg (Nyles) et Cristin Milioti (Sarah) forme un duo dont la complicité est évidente dès les premières scènes. 

Alors pourquoi un film d’été ? Tout simplement parce que l’intrigue se déroule à un mariage perdu dans le désert américain, en plein été. Étant coincé dans sa boucle temporelle sans espoir de s’en sortir, Nyles tue le temps en profitant de la vie, et en faisant parler sa créativité, donnant lieu à certains sketchs assez drôles. 
Armé de sa chemise hawaïenne, cocktail ou bière fraîche à la main, au bord de la piscine, cette journée de mariage s’est transformée en vacances infinies. De quoi créer une véritable ambiance de vacances d’été, et de vous donner envie de prendre quelques vacances pour retrouver ce même sentiment de liberté. 

2. Call me by your Name – Luca Guadagnino (2017)

Synopsis : Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir.

Au-delà de la romance homosexuelle très réussie qui a valu au film d’être acclamé par la critique, et le public, au point de devenir (certainement) un des films les plus marquants pour notre génération, le film de Luca Guadagnino est surtout un film qui retranscrit parfaitement l’ambiance de l’été. 
Il se déroule dans un petit village italien un peu perdu, et nous offre des superbes décors : la place du village typique, la grande maison de vacances, les soirées entre amis, la fête du village, et la campagne et ses paysages variés. 

Surtout, en plus de son esthétique, le film incarne la magie de l’été, ces quelques semaines suspendues dans le temps, où tout est possible. Une période de construction pour chaque enfant et adolescent, un moment de transition d’une année scolaire à l’autre.

Il arrive à recréer ce sentiment que l’on ressent pendant nos vacances en mettant l’esthétique au service de son propos de fond. 

Surement le film qui me rappelle le plus ce sentiment de liberté qu’offrent ces deux mois de vacances. 

3. The Beach Bum – Harmony Korine (2019)

Synopsis : Garçon à l’esprit rebelle, Moondog n’obéit à aucune règle, sinon les siennes ! Alors qu’il pensait s’être constitué un petit trésor de guerre, son butin se volatilise. Mais Moondog est de la trempe des survivants et il renaîtra une nouvelle fois de ses cendres.

The Beach Bum est un film un peu spécial dans sa forme, et dans son fond, puisque c’est un film d’Harmony Korine. À mon sens (et certain ne partagerons certainement pas mon avis), il n’y a pas vraiment de construction dramatique, ni d’enjeux. 
D’ailleurs, je n’ai rien gardé du film au niveau de son histoire et de ses personnages, si ce n’est l’extravagance du personnage principal incarné par Matthew McConaughey. 

Ce qui est le plus intéressant ici, c’est l’atmosphère du film, un peu décalé, à l’image de ses personnages (comme ceux de Zac Effron ou de Jonah Hill), mais surtout ses paysages et sa photographie. 
Le film est sublime : en extérieur, il met en avant les paysages exotiques de la Floride, et en intérieur, il créer des ambiances plus sombres mais toujours colorées grâce aux néons. 
Rien que la folie des costumes de Moondog nous plonge en plein été à Miami.  

Ce n’est donc vraiment pas pour la qualité de son intrigue ou son écriture que je conseillerais ce film, mais plutôt pour sa photo, ses décors, costumes, et personnages. Même si le film n’a pas eu un très bon accueil critique, je pense qu’il vaut vraiment le détour. 

Au même titre, je peux vous conseiller Spring Breakers, du même réalisateur et sortie en 2012. Là aussi le film créer une ambiance particulière, sans pour autant mettre en place une véritable histoire. 

Rien que pour la découverte, le cinéma d’Harmony Korine me semble intéressant dans la mesure ou il arrive à faire des films marquants sur le long terme, à l’image de Spring Breakers, malgré un style très particulier. 


Voilà donc ma petite sélection des films qui me rappellent l’été et me donnent envie de partir en vacances. 
À consommer pendant l’été pour savourer un peu plus le charme de la meilleure saison de l’année, ou en hiver, pour nous mettre l’eau à la bouche. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.