Mais qui a tué Pamela Rose?

Mais qui a tué Pamela Rose ? est une comédie française réalisée par Eric Lartigau en 2003 avec Kad Merad, Olivier Baroux, Gérard Darmon et Jean-Paul Rouve

Synopsis : Agents du FBI, Bullit et Riper enquêtent sur le meurtre de la jeune strip-teaseuse Pamela Rose, retrouvée assassinée dans une petite ville sans histoires.


« Kamoulox! ». Cette exclamation du fameux jeu télévisé éponyme de Kad et Olivier est forcément quelque chose que vous avez déjà entendu si l’humour des années 1990 et du début des années 2000 vous est familier. Après avoir travaillé à la télévision et obtenu un certain succès, le duo s’accapare le premier rôle pour la première fois sur grand écran en 2003 dans le film intitulé « Mais qui a tué Paméla Rose« : une comédie réalisé par Eric Lartigau mais dont le scénario a été écrit par Kad Merad et Olivier Baroux. Faisons alors un retour sur une comédie française fortement inspirée des comédies américaines ainsi que des thrillers américains.

La naissance d’un duo

C’est en 1991 que Kad Et Olivier se rencontrent alors que les deux compères travaillent en tant qu’animateurs sur la radio OUI FM: une radio crée en 1987 diffusant majoritairement du rock. S’appréciant mutuellement, ils décident l’année suivante de collaborer. Ils fondent ensemble le groupe Ziggy Buddy Band ( Kad étant batteur et passionné de rock) qui intervient dans l’émission qu’ils ont crée: le Ziggy Show. Mais c’est avec l’émission quotidienne « Rock’n’roll Circus » qu’ils animent tous les mercredi soir sur la radio entre 1992 et 1997 que Kad et Oliver vont faire décoller leur carrière. Ce tremplin vers la notoriété leur permet d’accéder à la télévision. Ils collaborent avec Jean Luc Delarue dans l’émission Déjà dimanche et déjà le retour entre 1995 et 1997, présentent entre 1999 et 2001 La grosse émission sur la chaine Comédie! et coaniment quelques fois avec Thierry Ardisson en 2002 l’émission Tout le monde en parle. Après des apparitions dans des films comme La Beuze avec Michael Youn, c’est en 2003 qu’ils vont tenir pour la première fois le premier rôle dans Mais qui a tué Pamela? un thriller parodique dont l’histoire est inspiré des sketchs qu’ils jouaient auparavant. Penchons nous alors sur ce film qui ne se prend pas au sérieux.

Une immersion réussie

Pour ce film, il était obligé de parler du cadre spatial dans lequel l’intrigue a lieu car celle ci se passe aux Etats unis, chose qui n’est pas forcément commune pour un film français et encore plus pour une comédie. En effet, l’enquête que mène Bullit et Riper a lieu dans la ville fictive de Bornsville, une caricature d’une moyenne/grande ville avec sa périphérie rurale que l’on pourrait trouver dans des états du sud ouest américain comme le Tennessee. On trouve des lieux typiques de ce genre de ville comme le motel où a lieu le crime mais encore le club/bar où se déroule un concert de musique country. On peut dire que l’immersion avec la mise en scène de Lartigau est plutôt réussie d’autant que la totalité du film a été tourné en France et plus précisément en région parisienne et ses alentours ( ex: la cité universitaire internationale à Paris qui fait office d’école du FBI mais aussi le quartier de la défense en guise de siège du FBI à Washington).

Un humour absurde

Ce qui caractérise le film est bien entendu son humour absurde qui n’est pas sans rappeler celui de Kad et Olivier évidemment mais aussi proche de celui des Robins des bois qui peut être qualifié de burlesque. Les gags sont nombreux et s’enchainent très rapidement ce qui rend le film dynamique et non ennuyeux. On retrouve ce procédé des gags en arrière plan tandis qu’il se passe quelque de sérieux au premier plan que l’on pouvait voir dans des comédies américaines des années 1980 comme Il y a t’il un pilote dans l’avion? . On pourrait même dire que ce film est héritier de La cité de la peur sorti en 1994 pour ce qui est de l’état d’esprit. Alain Chabat y fait même une brève apparition sous les traits d’un chanteur de country dans le club/ bar de Bornsville. Donc, il peut etre compréhensible que ce film ne soit pas apprécié par tout le monde car il faut aimer ce genre d’humour.

Un casting bien choisi

Kad Merad et Olivier Baroud dans leurs rôles de Richard Bullit et Douglas Riper

Bien qu’il n’y ait pas de grands acteurs, le casting ici est très bien choisi car il s’associe très bien avec l’esprit du film. Les acteurs incarnent des personnages clichés comme les deux agents qui sont opposés par rapport à leur vision du métier. Bullit est plus instinctif tandis que Riper est beaucoup plus méthodique et scolaire ( ancien enseignant à l’école du FBI). Mais ces deux personnages vont finir par s’entendre et être complémentaire. Kad et Olivier ici adoptent un jeu similaire à celui qu’ils avaient sur scène en plus professionnel évidemment.

Jean-Paul Rouve Incarnant le Sheriff Doug Marley

On retrouve dans le rôle du Sheriff de Bornsville le membre de la troupe des Robins des Bois Jean-Paul Rouve. il s’accorde bien avec l’humour de Kad et olivier . Son jeu n’est pas extravagant. Son personnage représente parfaitement le cliché de l’opposition entre la police locale et les fédéraux. On y ajoutera aussi le fait qu’il tombe amoureux de manière totalement improbable de l’agent Richard Bullit, ce qui ajoute encore du burlesque dans ce film qui n’en manque pas.

A gauche: Gerard Darmon jouant le personnage de Phil Canon, l’animateur de radio, Tout à droite: Lionel Abelanski incarnant Thomas Filbee

Gerard Darmon incarne le personnage de Phil Canon, l’animateur de radio rock qui peut être considéré comme le personnage le plus délirant, chose que l’on doit à un Gérard Darmon en grande forme qui fait tout autant rire que dans La cité de la peur ou il incarnait le commissaire de police Bialès mais aussi dans Astérix: mission Cléopâtre paru en 2000 où il incarnait l’architecte Amonbofils, le principal antagoniste.

Plusieurs références cinématographiques

La Renault Fuego: la mythique voiture de l’agent Richard Bullit

Les références au cinéma américain sont nombreuses dans Mais qui a tué Paméla Rose. Kad et Olivier nous démontrent leurs connaissance de ce genre obligatoire pour faire une bonne parodie. Par exemple, on remarquera la présence marquante d’une voiture qu’utilise le binôme de policiers qui n’est pas sans rappeler Miami Vice avec la célèbre Ferrari Testarossa qu’utilisent les agents James Crockett et Ricardo Tubbs. Pour le détournement de ce procédé, il s’agira ici d’une voiture moins luxueuse qu’est la Renault Fuego. Pour ne pas être redondant, il serait fastidieux de citer toutes les références mais en voici quelques unes : la fouille du domicile de Paméla Rose est fortement inspirée du film Seven sorti en 1995. Les deux humoristes sont également très influencés par la série Twin Peaks diffusée au début des années 1990. En effet, le titre du film est inspiré du titre de l’épisode pilote de la série : Qui a tué Laura Palmer?. De plus, le look du personnage Phil Canon joué par Gerard Darmon ressemble fortement à celui d’un des antagonistes de la série. Quand à l’agent Richard Bullit, son nom est inspiré du personnage incarné par Steeve Mc Queen dans le film Bullit paru en 1968.

Avec ce film, Eric Lartigau nous propose une comédie complètement décomplexée et sans prise de tête. Loin d’être un chef d’œuvre ou un classique du genre, le spectateur appréciera le film pour son humour et ses nombreux gags qui se succèdent plutôt bien (à condition d’aimer l’humour de Kad et Olivier évidemment). On pourra cependant reprocher au film son dénouement qui part un peu dans tous les sens bien que la trame scénaristique démontre son efficacité par sa simplicité. Un film à voir si vous avez un coup de blues le dimanche soir.


La Note :
7/10

Note : 7 sur 10.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *