James Newton Howard : l’éternel nominé

On revient aux fondamentaux sans trop s’attarder au duo qu’il a formé pendant un temps avec M. Night Shyamalan.


A la différence de tous les autres compositeurs dont nous avons déjà eu l’occasion de parler, James Newton Howard est un caméléon. Il est difficile, à la première écoute, d’identifier le compositeur tant ses oeuvres sont différentes. C’est un amoureux de musique : classique (Bethoven, Debussy etc.) d’abord et populaire plus tard avec Led Zepplin, Beatles… Ses inspirations sont diverses et ne tarde pas à s’immiscer dans le monde du cinéma.
Il entre à la Music Academy of the West de Santa Barbara pour parfaire son éducation musicale. C’est en 1983 que débute sont aventure dans le septième art.

Sa collaboration avec M.Night Shyamalan

Pour leur première collaboration, JNH compose Sixième Sens. Réussite totale, elle permet d’accompagner la mélancolie et la solitude de l’enfant Cole qui erre dans un monde intriguant qu’il ne comprend pas vraiment. C’est parfaitement souligné avec le thème signé par JNH avec une première partie (Run to the Church) qui s’intéresse aux émotions du personnage à sa singularité et une deuxième partie (De Profundis) beaucoup plus angoissante avec la distorsion des instruments à corde.

Run to the Church
De Profundis

Pour Signs, il réussit à retranscrire une ambiance hitchcockienne, les « jump scare » musicaux sont incroyablement efficace :

Signs

Leur collaboration atteindra le sommet avec The Village où l’ambiance du film se démarque par un soliste de violon joué par Hilary Hahn (une des meilleurs de sa génération). Le compositeur est nommé pour la sixième fois aux oscars pour son oeuvre.

The Gravel Road

Sa diversité

Des films d’animations (Dinosaure, Atlantide) aux films de super-héros (Inclassable, Batman – Nolan), aux thrillers (Peur primale, Collatéral), JNH a touché à tous les genres. On pourrait le considérer comme le « yes-man » de la composition cinématographique. Cependant, c’est un artiste qui semble toucher par la grâce musicale et s’essaie à toutes les expériences. Aujourd’hui il participe à des blockbusters sans grand intérêt.
Il a été nommée une dernière fois aux oscars pour son excellent travail pour le film de Paul Greengrass La Mission où il s’essaie une nouvelle fois au genre western. Bien que cela soit différent par des sonorités contemporaines il y a quelques inspirations venues de l’oncle Morricone.

End Titles

Mon titre préférée

Une vie cachée – Terrence Malick (2019)

Synopsis : Franz Jagerstatter est un paysan autrichien qui a refusé de combattre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz reste un homme libre. « Une vie cachée » raconte l’histoire de ces héros méconnus.

Tout d’abord parce que le film est absolument magnifique, la musique de JNH sublime le tout. Je vous laisse découvrir cette douceur.

A Hidden Life

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.