Cold War

Cold War est un film polonais réalisé par Pawel Pawlikowski en 2018 avec Joanna Kulig et Tomasz Kot

Synopsis : Dans les années 1950, Wiktor, un musicien charismatique, et deux autres Polonais spécialistes en musicologie sont mandatés par le Parti pour débaucher des artistes dans la campagne polonaise afin d’alimenter un spectacle de propagande. Il tombe tout de suite sous le charme de Zula, une jeune chanteuse pudique et attachée à son pays natal. Wiktor voudrait qu’ils s’enfuient vers un Occident qu’il idéalise.


Après l’éblouissement qu’a été Ida, Pawel Pawlikowski nous propose Cold War. Film qui se place dans une Pologne rongée par l’après seconde guerre mondiale mais aussi dans ce conflit invisible qu’est la guerre froide. Que vaut-il réellement ?

Cold War » , un film puissant à la grâce infinie - Elle

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le film ne s’ouvre pas et ne se construit pas sur une base de film romantique, mais sur un film à politisé mettant en scène la propagande soviétique. On suit en effet le recrutement de jeunes filles à l’aise avec le chant dans le but de rejoindre une compagnie afin d’y célébrer une ode au petit père du peuple. C’est dans ce cadre que Zula et Wiktor vont se rencontrer, ce dernier tombant amoureux de ce qu’elle est, que ça soit de sa personne ou de son talent.

On y retrouve alors l’histoire d’un amour impossible entre un musicien talentueux et une jeune fille de paysan. Zula se trouve être un véritable diamant brut au sein de cette compagnie de danse et chant de propagande Stalinienne.

Pour/Contre Cold War: une histoire d'amour vraiment trop cold ou un film  magnifique soyeux? - Baz'art : Des films, des livres...

Wiktor va se décider à déserter ses responsabilités quitte à en payer le prix, celui d’être recherchée par la Pologne. Il va alors rejoindre Paris, ville qui lui donne beaucoup de force car il voit en elle la possibilité d’une vie de bohème mais il se rendra compte que plus tard que ce rêve n’était qu’une tromperie. Zula, quant à elle, veut rester en Pologne pour ainsi accroitre sa célébrité et sa notoriété grâce à cette troupe. 

L’art est de tout les instants dans ce film, qu’il soit rustique avec ses chants patriotique aux allures idéologiques, ou nettement plus mondain et bourgeois avec le jazz dans la ville parisienne.

Paweł Pawlikowski's Cold War (Zimna wojna, 2018) – East European Film  Bulletin

Une chose est indéniable dans ce film : certes l’art est de tout les instants mais seul l’amour détermine l’essence même du long métrage. On y découvre un amour puissant et destructeur entre un homme qui décide de trahir son pays et une jeune femme qui choisit de continuer à servir son pays. Leur façon à eux de se dire je t’aime ne passe pas par la voix mais par les actes faisant du langage corporel un acteur principal de leur couple. Des actes parfois plus forts que d’autres comme retourner au pays ou bien (spoiler alert) se suicider en concluant le film avec l’une des phrases qui m’a le plus touché au cinéma : « Allons de l’autre côté ».

Cinema In ƒRAMES on Twitter: "COLD WAR (2018) Cinematographer: Lukasz Zal  Aspect Ratio: 1.37:1 Director: Pawel Pawlikowski https://t.co/x1sa2TPFgV" /  Twitter

Pawlikowski nous propose ici une œuvre intimiste et personnelle qui fait directement référence à l’histoire d’amour entre ses deux parents. Malgré un scénario des plus vu et revu, une sorte de « je t’aime moi non plus », le réalisateur réussi tout de même à apporter une tension historique qui ajoute une véritable plus value. Le film fait preuve d’une grande beauté et d’une forte mélancolie renforcé par le noir et blanc et l’ambiance visuelle très propre à ce cinéaste. Ida reste et restera le chef d’œuvre de la filmographie de Pawel Pawlikowski mais Cold War en est tout de même un très fort concurrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.