Top 5 des prestations d’Acteurs récentes

Chacun sa porte d’entrée vers le monde du cinéma. Si certains ont été initiés au 7ème art par leurs parents, d’autres s’y sont intéressés pour écouter de belles histoires, voir de belles images, de beaux décors et univers fictifs, pour stimuler leur créativité, s’évader de la réalité. 
Moi, ma porte d’entrée, ça été la comédie et les comédiens. Depuis que je suis petit j’aime le théâtre, j’aime voir jouer les acteurs, j’aime repérer et imiter leurs mimiques… et j’ai toujours été impressionné de voir comment un Homme arrive à s’effacer complètement derrière un personnage. C’est ce qui m’a ouvert la porte vers le cinéma. 

Mais, même si le cinéma a acquis une place importante dans ma vie, je me dois d’être honnête : en cette période de vacances, comme chaque année, je passe considérablement moins de temps devant les écrans. C’est pourquoi j’ai voulu profiter de cet article pour revenir aux fondamentaux, et par la même occasion, vous faire entrer un peu plus dans mon univers personnel.

Alors, pour rester simple, je vais vous présenter les 5 prestations d’acteurs qui m’ont le plus marqué ces dernières années, et qui ont été capables de me faire apprécier le film à elle seules. 


Cillian Murphy/Thomas Shelby – Peaky Blinders (Série Télé, Créée par Steven Knight, 2013-2022)

Synopsis : Dans les années 1920, à Birmingham, la famille « Shelby » tente de s’en sortir dans un pays gravement touché par la Première Guerre Mondiale. Avec leur gang, surnommés les « Peaky Blinders » par rapport à leur utilisation de lames de rasoir cachées dans leurs casquettes, ils tirent principalement leur argent de paris et de vol. Tommy, l’un des frères Shelby, tente de guider sa famille vers des jours meilleurs. Mais, pour survivre dans la jungle du milieu criminel, il va devoir faire preuve de beaucoup d’intelligence et de sang-froid. 

On commence par un classique, certainement l’une des prestations d’acteurs les plus acclamées par la critique et le grand public ces dernières années, donc je ne vous apprends rien. 
Ici, ce n’est pas vraiment le charisme indéniable du personnage de Tommy Shelby qui m’intéresse mais plutôt à quel point Thomas Shelby et Cillian Murphy semblent être opposés. Il suffit d’écouter parler l’acteur dans l’une de ses (rares) interviews, ou simplement de regarder des photos de lui pour comprendre que c’est quelqu’un de plutôt discret et réservé, à l’opposé de son personnage. 
C’est si vrai que le créateur de la série avait à la base refusé Cillian Murphy pour le rôle au profit de Jason Statham, estimant que Murphy n’avait pas assez de prestance. Ça paraît fou quand on voit à quel point il incarne le personnage dans la série. D’ailleurs, je pense que tous les amateurs de la série seront d’accord pour dire que personne d’autre que lui ne pourrait interpréter ce personnage : il semble être fait pour le rôle. 
Tous les acteurs sont différents et ont recours à des méthodes diverses, mais ce cas est un bon exemple d’un acteur capable de s’oublier complètement, comme s’il changeait de peau en enfilant le costume. 
N’empêche que, comme son personnage, Cillian Murphy a le sens de la punchline : il avait réussi à convaincre le créateur de la série avec un message ; « Remember, I’m an actor ». 

Sally Hawkins/Elisa, La forme de l’eau (Réalisé par Guillermo Del Toro, 2017)

Synopsis : Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres

Sally Hawkins avait été nommée pour l’Oscar de la meilleure actrice en 2017, mais avait perdu au profit de Frances Mcdormand. Même si la prestation de cette dernière était géniale, Sally Hawkins avait pour moi réussie à créer un personnage à la fois réaliste et fantaisiste, qui s’intégrait parfaitement dans l’univers de conte installé par Del Toro. Elle interprète une employée de ménage sourde et muette, et ne prononce donc pas un mot du film. Toutes les émotions sont transmises par le corps, et malgré cela, elle parvient à créer un personnage avec de forts traits de caractère et une personnalité bien définie. Cela rappelle que même sans la voix, un grand acteur peut donner de la consistance à son personnage. 

Louis Garrel/Jean-Luc Godard – Le Redoutable (Réalisé par Michel Hazanavicius, 2017)

Synopsis : Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu’il aime, Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc une remise en question profonde.
Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste hors système aussi incompris qu’incompréhensible.

Louis Garrel interprète ici Jean-Luc Godard, célèbre (au-delà de son cinéma) pour son caractère un peu… spécial. 
Dès les premières minutes du film, dans une scène qui se déroule à table dans un restaurant, j’ai adoré la prestation de Louis Garrel qui s’oublie complètement, caché derrière une calvitie factice, une paire de lunettes, et toutes les mimiques de son personnage. 
J’ai beaucoup aimé sa prestation, d’abord parce qu’il arrive à tourner au ridicule, et donc au comique, les traits de caractère de son personnage (comme le zozotement). 
J’aime beaucoup Louis Garrel de manière générale, et on retrouve derrière le personnage la nonchalance et le côté un peu « endormie », décalé, de l’acteur, qui correspond parfaitement au message que veut transmettre le film sur son héros. 
Cela donne un cocktail parfait, sachant qu’à coté, le film est une vraie comédie réussie. 

Leonardo DiCaprio/Rick Dalton – Once Upon a Time in Hollywood (Réalisé par Quentin Tarantino, 2019)

Synopsis : En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus.

Déclaration d’amour de Quentin Tarantino à Hollywood (surtout celui du passé), cette grande fresque nous offre un panel de personnages tous plus réussis les uns que les autres. 
Au moment de la sortie du film, c’est la prestation de Brad Pitt qui avait été acclamée plus que les autres, mais évidemment, que ce soit Margot Robbie, Margaret Qually ou tous les autres personnages, les comédiens sont tous exceptionnels. 
Mais, je dois avouer qu’en tant que grand fan de DiCaprio, j’ai été trop heureux de le retrouver dans ce qu’il sait faire de mieux. On dit souvent que c’est le roi du « pétage de câble », eh bien je crois que ma scène préférée du film c’est lorsque Rick Dalton revient dans sa loge après avoir raté une scène et s’énerve contre lui-même. On pourrait aussi parler de la scène finale (ceux qui ont vu le film comprendront), où on peut dire que le personnage a eu un peu de mal à garder ses nerfs. 
Pour moi, c’est surement la prestation que j’ai préférée de sa carrière ; il incarne un personnage assez simplet finalement, pas très malin, mais réussi à en faire un personnage attachant, notamment à cause de ses doutes. Il contribue pour moi énormément au comique du film, mais arrive aussi à créer des vrais moments d’émotion. Il y a cette scène à la « Inception » où DiCaprio joue un acteur (Rick Dalton), qui lui même tourne un film dans le film, et incarne donc un personnage. DiCaprio joue Rick Dalton, qui lui-même joue un personnage : assurément l’une des plus belles scènes du film. 

Taron Egerton/Elton John – Rocketman (Réalisé par Dexter Fletcher, 2019)

Synopsis : Rocketman nous raconte la vie hors du commun d’Elton John, depuis ses premiers succès jusqu’à sa consécration internationale.
Le film retrace la métamorphose de Reginald Dwight, un jeune pianiste prodige timide, en une superstar mondiale. Il est aujourd’hui connu sous le nom d’Elton John.
Son histoire inspirante – sur fond des plus belles chansons de la star – nous fait vivre l’incroyable succès d’un enfant d’une petite ville de province devenu icône de la pop culture mondiale. 

Vous commencez à comprendre, j’aime beaucoup les biopics. J’adore voir comment des acteurs s’emparent d’une personnalité réelle, reprennent leurs mimiques et traits de caractère, mais y ajoutent un petit peu de leurs propres personnalités. 
C’est exactement ce qui m’a plu dans la prestation de Taron Egerton : il incarne ici Elton John, personnage excentrique et très caractérisé, notamment par ses looks vestimentaires et ses attitudes. 
Ici, à l’inverse de Thomas Shelby, ce qui m’a plu c’est qu’en regardant le film, je ne vois pas vraiment Elton John, je vois Taron Egerton qui joue, et qui s’amuse. J’avais rarement vu aussi clairement un acteur s’éclater à jouer, se donner à 100%, corps et âme. Le film est très énergique, à l’image de son personnage principal, et cette énergie va super bien avec la personnalité de l’acteur (en tout cas, ce qui s’en dégage). 
Au-delà de la justesse de l’interprétation et de la palette de jeu déployée par l’acteur, on sent qu’il a pris du plaisir à se transformer, ce qui rend sa prestation d’autant plus marquante. 
En ajoutant à cela son travail vocal pour reprendre les musiques, c’est pour moi une des prestations les plus marquantes que j’ai vues récemment. 


Voilà, j’ai essayé de me remémorer les prestations qui m’ont le plus marqué ces dernières années, mais évidemment, il y en a pleins d’autres. Comme je l’ai dit au début, voir des acteurs évoluer à un tel niveau suffit à me faire aimer une oeuvre, et j’espère que je vous aurais donné envie d’aller jeter un coup d’oeil aux films que vous n’auriez pas vu. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.