Y a-t-il un pilote dans l’ambulance ?

Ambulance est un film d’action américain sorti en 2022, réalisé par Michael Bay, avec Jake Gyllenhaal, Yahya Abdul-Mateen II et Eiza González

Synopsis : Suite à un braquage qui tourne mal, deux frères se réfugient avec des otages dans une ambulance. La tension monte peu à peu entre eux…


Michael Bay est connu pour filmer l’action comme personne, de par son sens de la composition et sa façon de capturer le mouvement, reposant sur une décomposition minutieuse des gestes, quitte à aller contre la cohérence spatio-temporelle. Ambulance ne déroge pas à cette règle. Le concept, une course poursuite en ambulance avec à l’arrière une infirmière et un policier blessé, est un terreau, fertilisé aux amphétamines, parfait pour laisser fleurir tous les excès de mise en scène don le réalisateur est friand. 

« L.A on fire »

Tourné en plein confinement à Los Angeles, la ville est un terrain de jeu ou chaque rue, chaque pont, chaque pilier de béton offrent plus qu’une possibilité, un prétexte pour se donner à des mouvements de caméra toujours plus ludiques au service d’une immersion totale. Et c’est d’autant plus efficace que maintenant, Bay s’est offert de nouveaux jouets, des drones, lui offrant une liberté et une aisance supplémentaire au milieu du déluge de dérapage et de tonneaux quasiment ininterrompue du film. Le réalisateur s’en donne à cœur joie, faisant plonger sa caméra depuis le haut d’un gratte-ciel pour juste après la faire passer sous une voiture de police, ou en balançant les véhicules contre à peu près tout ce qui peut croiser leur route, décomposant au passage les collisions pour nous les montrer sous tous les angles possibles, convoquant ainsi chez le spectateur un effet d’hypersensitivité cathartique.

Qui d’autre que Michael Bay pour proposer un plan pareil ?

Mais si le tumulte externe est palpable, le génie de tension du film réside à l’intérieur même de l’ambulance, avec cette opération (un policier gravement touché par balle) qui doit absolument avoir lieu malgré le chaos poisseux. Il y a là un contraste saisissant entre la violence constante qui sévie dehors et la minutie que la situation impose. D’ailleurs, et c’est assez inédit pour le souligner, le personnage de l’ambulancière, Cam (très bien campé par Eiza González), est l’occasion pour le réalisateur d’offrir à sa filmographie le premier personnage féminin qui ne soit pas là pour servir d’objet de désir, en plus d’avoir un arc narratif touchant, apportant un souffle d’émotions bienvenue, elle qui a décidé de ne garder aucune attache avec les personnes dont elle s’occupe. « La pire journée de leur vie est une journée banale pour nous » dit elle au début du film.

S’il est clair qu‘Ambulance est toujours fidèle au cinéma de Michael Bay, c’est aussi un point culminant de sa carrière, délivrant un spectacle d’action furieuse et dont le degré d’excès a rarement été atteint dans sa filmographie.


La Note :
7/10

Note : 7 sur 10.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.